Bolloré : des problèmes pour le service BlueIndy

Contrairement à ce qui se passe en France, Bolloré rencontre plus de difficulté à opérationnaliser son service d’autopartage aux États-Unis. Un des partenaires locaux a conditionné l’exécution de ses prestations à une augmentation du prix de l’électricité qui attend toujours l’aval des autorités.

 

blueindy

 

La version américaine du service d’autopartage électrique du groupe Bolloré, la BlueIndy d’Indianapolis, n’est toujours pas opérationnelle plus d’un mois après l’échéance fixée lors de l’annonce du lancement du projet au printemps 2014. En cause, l’IPL (Indianapolis Power&Light), l’opérateur chargé de fournir en électricité les stations de recharge du service, refuse jusqu’à ce jour d’exécuter ses prestations étant donné qu’il souhaite augmenter le prix de l’électricité alors que les autorités locales s’y opposent. IPL estime être en droit d’appliquer une hausse de tarif de l’électricité pour compenser les 16 millions de dollars (environ 12 millions d’euros) d’investissement qu’il doit investir dans l’opération.

Injustice envers les non-utilisateurs

En attendant, les Bolloré Bluecar et les stations de charge déjà aménagées restent bloquées à Indianapolis. La décision des autorités compétentes devrait intervenir d’ici quelques semaines même si elle est pour le moins incertaine. D’après la presse américaine, cette hésitation s’explique par le fait que les habitants pourraient trouver injuste une augmentation de leurs charges pour un service qui ne sera pas forcément utilisé par tout le monde. La mairie opte pour une solution intermédiaire en proposant une augmentation du prix de l’électricité d’ici 3 ans si l’IPL enregistre des pertes à cause de l’exécution de ses prestations. Cependant, elle n’aura pas le dernier mot qui appartiendra à une commission indépendante.

500 véhicules et 200 stations attendus

Pour rappel, Bolloré et la ville d’Indianapolis avaient pour objectif de mettre sur les rues 500 Bluecar et 200 stations de charge dans le cadre de BlueIndy. Les 125 premiers véhicules et les 25 stations pionnières devaient entrer en service durant le mois de décembre 2014. Heureusement pour Bolloré, le service d’autopartage connait un succès remarquable en France avec l’Autolib’ de Paris, Bluely de Lyon et Blueclub de Bordeaux.

Une réflexion au sujet de « Bolloré : des problèmes pour le service BlueIndy »

  1. Sources ?

    Citez vous sources … CF Breezcar.com et FOX 59

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.