La Jordanie se lance dans l’électrique, un exemple à suivre

Le gouvernement de la Jordanie a décidé d’appuyer la vulgarisation des véhicules électriques à travers un important investissement pour des infrastructures de recharge solaires  et des réductions de taxe à l’importation. Le pays compte devenir l’un des marchés majeurs de l’industrie.

 

Une vue nocturne d'Aman.

Une vue nocturne d’Aman.

La Jordanie, un marché jusqu’ici inconnu du marché de la mobilité électrique, compte devenir un acteur majeur du secteur d’ici quelques années. En effet, les autorités de ce royaume du Moyen-Orient ont décidé de soutenir activement la vulgarisation des véhicules électriques à travers des mesures d’incitation financière et le déploiement d’infrastructures de charge. L’équivalent de 91 millions d’euros sera ainsi investi par le gouvernement jordanien pour le déploiement de 3 000 stations de recharge solaires d’après les informations publiées par le blog de l’analyste spécialisé dans le marché automobile Navigant Research.  Dans la même veine, les taxes à l’importation des véhicules électriques seront revues à la baisse.

10 000 véhicules électriques par an

Sur les 3 000 stations solaires, la construction de 11 stations à Aman, la capitale, est imminente. Elles seront situées dans les endroits les plus fréquentés de la ville, dont des centres commerciaux, des lieux touristiques et les aires de stationnement publics. Le consortium chargé de l’installation de ces infrastructures s’attend à des ventes annuelles de modèles électriques frôlant les 10 000 unités, ce qui fera de la Jordanie, l’un des principaux marchés mondiaux.  Le pays poursuit également des objectifs économiques à travers cette initiative. En effet, 95 % de ses besoins énergétiques sont assurés par l’importation alors que le soleil est disponible en abondance tout au long de l’année.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.