Nissan : un partenariat avec le Bhoutan pour promouvoir les véhicules électriques

Désormais la Nissan Leaf circulera dans les rues du petit Royaume du Bhoutan. Cela est devenu possible grâce à la conclusion d’un partenariat entre ce dernier et le constructeur nippon qui portera également sur l’installation de bornes de recharge et l’étude de faisabilité d’autres projets destinés à faire de cette nation la première nation « zéro émission » au monde.

 

 nissan-bhutan

 

Le constructeur Nissan a conclu un partenariat avec le Royaume du Bhoutan, un petit État niché sur les flancs de l’Himalaya, dans le but de concrétiser la vision de ce dernier qui cherche à devenir une nation écologique dans le futur. Dans le cadre de cet accord, Nissan délivrera quelques exemplaires de son modèle phare Leaf en vue de les intégrer aux flottes du gouvernement ou pour servir de taxi et de démonstrateur dans la capitale Thimphu.  Des bornes de charge rapide seront également fournies pour supporter le plan gouvernemental destiné à couvrir l’ensemble du territoire bhoutanais d’infrastructures de charge électrique. Les deux premiers Nissan Leaf ont ainsi été présentés par Carlos Ghosn, PDG de l’alliance Renault-Nissan à l’occasion de l’anniversaire du Roi du Bhoutan le vendredi 21 février dernier.

 Une nation « zéro émission »

Le gouvernement du Bhoutan a récemment décidé d’accorder une place centrale aux véhicules électriques dans son objectif de faire du pays une « nation zéro émission ». Thimphu et ses 100 000 habitants devraient notamment être transformés en une ville « propre et électrique » dans laquelle le transport des citoyens est alimenté par de l’énergie propre. Le Bhoutan cherche indirectement à réduire ses importations de pétroles pour mieux rentabiliser son importante réserve d’hydro-électricité. Pour parvenir à ses fins, le royaume compte mettre en place des avantages fiscaux et financiers considérables en faveur des voitures électriques. Nissan compte bien profiter de cette opportunité pour étudier comment il pourrait adapter son modèle économique dans le secteur de la mobilité électrique au marché des pays émergents.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.