Rappel de voitures électriques chez Volkswagen : 124 000 exemplaires potentiellement concernés

À cause de la présence d’un métal toxique dans le dispositif de recharge, Volkswagen pourrait être contraint de rappeler 124 000 modèles électrifiés. La firme tente de négocier avec les autorités.

Cadmium

Le groupe Volkswagen confirme qu’il envisage sérieusement de rappeler 124 000 voitures électriques et hybrides rechargeables. La raison réside dans la présence de cadmium  dans le dispositif de recharge des modèles concernés. Ce métal lourd, dont l’usage est interdit au sein de l’industrie automobile et dans la fabrication de batterie, s’avère toxique.

Le problème touche les modèles Audi, Porsche et Volkswagen produits entre 2013 et juillet 2018. Pour éviter l’extension de la flotte « infectée », le groupe a même suspendu la production. Depuis, il affirme que les composants problématiques ont fait l’objet d’un retrait de la chaîne.

Discussions en cours

Cette mini-crise a débuté lorsque Volkswagen a indiqué à l’autorité routière allemande (KBA) qu’il a décelé 0,008 gramme de cadmium par chargeur. Depuis, les investigations suivent leur cours. Compte tenu du taux relativement faible décelé, le constructeur veut écarter le rappel. Il ajoute que la pièce incriminée se retrouve isolée grâce à une paroi épaisse. La KBA estime le contraire. Pour l’autorité routière, les risques ressurgiront lorsque les véhicules arriveront en fin de vie.

Les négociations continuent. En cas d’issue défavorable pour Volkswagen, le groupe aura à gérer une nouvelle crise après celle liée aux taux d’émission truqués. La firme de Wolfsburg s’en remet à peine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.