Un musée international du véhicule électrique en gestation

Un passionné américain veut ouvrir le premier musée international du véhicule électrique pour retracer toute l’histoire de la technologie. Le projet est en bonne voie et une fois le financement bouclé, le musée, dont la localisation reste indéterminée, devrait exposer des voitures venant du monde entier allant des plus rares aux plus populaires.

La Riker Electric de 1900, l'un des premiers véhicules électriques au monde.

La Riker Electric de 1900, l’un des premiers véhicules électriques au monde.

Si pour le commun des mortels, la voiture électrique appartient encore essentiellement au futur, pour Roderick Wilde « Wildman », un passionné et collecteur américain, son histoire mérite déjà l’ouverture d’un musée international. C’est d’ailleurs l’objectif que s’est fixé sa fondation pour le véhicule électrique historique et qu’elle devrait concrétiser dans les prochaines années. Cette dernière vient en effet de mettre en ligne un site web, qui constitue la dernière étape avant la construction du musée d’après Wilde. Il a déjà réussi à former un conseil d’administration incluant des personnalités sélectionnées parmi les plus connues et respectées du monde des voitures électriques. Cette équipe planifie de rassembler des modèles émanant de tous les pays du monde incluant « aussi bien les très rares premiers véhicules électriques pour le transport que les véhicules de livraisons pour le commerce ».
Crowdfunding
Afin de mener à bien son projet notamment en termes de financement, Roderick Wilde a décidé de faire appel au crowdfunding  à travers le site Indiegogo. Il a tenu à expliquer que ce choix n’est pas fortuit puisqu’il s’agit du même site qui a permis de réunir les fonds nécessaires pour l’achat du dernier laboratoire de Nikola Tesla à Wardenclyffe, New York. Ce laboratoire est devenu depuis le Tesla Science Center. De ce financement pourrait également dépendre l’emplacement du futur musée toujours selon Wilde. Il pourrait ainsi être n’importe où sur la planète même s’il faut signaler que la majorité des membres du conseil d’administration sont originaires de la région nord-ouest du pacifique, ce qui pourrait influer la décision finale. Quoiqu’il soit, Wildman, affiche une motivation sans faille en déclarant qu’il n’y a « aucun doute quant au fait que cela (le musée) va arriver. C’est le projet le plus important de toute ma vie ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.