Voiture autonome : Toyota s’associe avec des universités américaines

Dans le but d’accélérer le développement de sa technologie de voiture autonome, Toyota a décidé de s’associer avec l’Université de Stanford et le MIT. Le programme s’étale sur 5 ans et portera essentiellement sur l’intelligence artificielle et les robotiques. Il devrait permettre au géant nippon de combler son retard dans la course à la voiture 100 % autonome.

 

Une vue de la MIT

Une vue de la MIT

Plutôt discret dans la course à la voiture autonome, Toyota a fait une entrée remarquée en annonçant le lancement d’une collaboration avec les prestigieuses universités américaines de Stanford et le MIT (Massachussetts Institute of Technology).  Le constructeur a indiqué que le projet sera financé à hauteur de 50 millions de dollars (environ 44 millions d’euros) sur 5 ans et consistera en la mise en place deux centres de recherche conjoints auprès de chacune des universités. Ces centres seront dirigés par Gill Pratt, un ancien gestionnaire de programme du Département de la Défense américaine. Les recherches seront centrées sur l’intelligence artificielle et les robotiques et permettront à Toyota d’accélérer le développement d’une voiture autonome. Ces deux universités ne sont plus à présenter puisqu’elles alimentent l’industrie automobile en ingénieurs de haut niveau en matière d’ingénierie et programmation informatique depuis plusieurs années.

Toyota fut l’un des pionniers de l’autonomisation de la conduite avec le système de stationnement automatique proposé sur la première Prius Hybrid. La technologie a cependant beaucoup évolué et les constructeurs se dirigent désormais vers des modèles 100 % autonomes. Toyota est quant à lui resté en retrait par rapport à la concurrence. Certains de ses dirigeants ont même affirmé que la compagnie n’avait aucune intention de construire de tels véhicules, mais il semble donc que cette position a été revue. Mieux vaut tard que jamais puisque des constructeurs comme Nissan, Volkswagen ou Chevrolet ont annoncé leurs intentions de commercialiser les premiers modèles grand public d’ici 2 ans. Tesla Motors planifie également de proposer dès cette année une version à conduite semi-autonome de la Tesla Model S.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.