Voiture électrique autonome : une boite noire comme solution aux impératifs juridiques

Afin de faciliter l’adaptation de la technologie des véhicules autonomes aux législations nationales, notamment en matière de responsabilité, les constructeurs allemands proposent l’installation d’une boîte noire. La protection des données et le respect de la vie privée des utilisateurs restent des sujets de débat.

 

boite noire voiture autonome

 

Les constructeurs automobiles allemands engagés dans la course aux véhicules autonomes envisagent l’installation d’une boîte noire similaire à celle d’un avion pour contribuer à la résolution des problèmes légaux de responsabilité en cas d’accident posés par cette technologie. Ce dispositif permettra aux constructeurs, aux assureurs et éventuellement à la justice de disposer d’assez d’informations pour déterminer la part de responsabilité des acteurs si une collision survient. En cas d’adoption, il s’agirait d’une étape cruciale pour la vulgarisation des véhicules entièrement autonomes que les manufacturiers comme Mercedes-Benz, Nissan, BMW ou Volvo ambitionnent de commercialiser d’ici 2020.  La question est actuellement étudiée dans le cadre d’un atelier sur la conduite autonome organisé par le gouvernement allemand et qui compte la participation de représentants des constructeurs automobiles, des compagnies d’assurance et de juristes.

Quid de la protection des données

Parmi les données qui pourraient être collectées par la boîte noire figurent la vitesse, les entrées de données provenant des capteurs, des caméras et du conducteur. Outre les aspects légaux, les assureurs pourront également exploiter ces informations pour élaborer de nouvelles polices plus adaptées aux véhicules autonomes. « Nous pouvons créer des primes d’assurance sur mesure pour certains types de risque », a notamment expliqué Martin Stadler, un expert de la compagnie allemande Allianz, cité par Reuters. Par contre, d’autres interrogations surgissent quant à aux possibilités d’exploitation des données collectées à des fins illicites et contraires au respect de la vie privée des consommateurs. Les constructeurs suggèrent la mise en place d’une ligne restrictive sans donner plus de détails.  Il n’est pas question d’utiliser les informations personnelles des utilisateurs comme on veut, a déjà prévenu un haut responsable de Mercedes-Benz lors d’une récente conférence.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.