Voiture à l’hydrogène : le gouvernement japonais facilite la tâche aux constructeurs

Pour soutenir les efforts de ses constructeurs et pour faire du Japon un pionnier des voitures à pile à combustible à l’hydrogène, le gouvernement local a décidé d’autoriser le recours à des réservoirs à plus haute pression. L’autonomie des modèles nippons pourra ainsi augmenter de 20 %.

 

voiture à pile à combustible toyota

 

Le gouvernement japonais a décidé d’être un acteur majeur de la promotion des voitures à pile à combustible à l’hydrogène en veillant à la mise en place d’un cadre juridique propice à la vulgarisation de ces dernières. Ainsi, les règlementations relatives aux réservoirs d’hydrogène ont été modifiées pour permettre au constructeur d’augmenter la pression de 700 à 875 atmosphères. Un tel changement se traduira par une augmentation de 20 % de l’autonomie des véhicules à pile à combustible qui pourront alors rivaliser avec les modèles thermiques les plus efficaces, sans CO2 et à un coût moindre. En adoptant cette décision, le gouvernement japonais espère devancer les autres pays dans la course à la mise en place d’une flotte viable de véhicules à l’hydrogène. Elle a en tout cas permis au Japon de se mettre au diapason des pays qui autorisent déjà le stockage à haute pression de l’hydrogène.

Jusqu’à 720 km d’autonomie

Ce changement de règlementation constitue également, et surtout, une excellente nouvelle pour les constructeurs nippons engagés dans le développement de la technologie de la pile à combustible, dont Toyota et Honda qui prévoient une commercialisation dès 2015. En attendant un déploiement massif des infrastructures de recharge en hydrogène, une autonomie toujours plus élevée représente un argument de vente convaincant. En effet, si l’augmentation de 20 % grâce à une pression de 875 atmosphères est appliquée à la Toyota FCV Concept, son autonomie pourrait passer de 600 à 720 km. Par ailleurs, le gouvernement japonais a entamé des pourparlers avec les Nations Unies et l’Union européenne en vue d’harmoniser les règles d’inspection afin de faciliter l’exportation des modèles à hydrogène de ses constructeurs. Il appartient désormais à Hyundai, le seul constructeur non japonais à envisager une commercialisation à court terme d’un véhicule à pile à combustible à hydrogène, de réagir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.