Des bus électriques à charge automatique et sans-fils en Corée du Sud

L’Institut Supérieur de Science et de Technologie sud-coréen (KAIST) a mis au point des bus électriques dotés d’un système de charge sans fil et sans nécessiter un arrêt. Baptisés OLEV (Online Electric Vehicle), ces bus exploitent l’électricité fournie par des câbles enterrés sous la chaussée. Deux d’entre eux sont déjà opérationnels dans la ville de Gami.

South Korea road_0_0_0_0_0_0_0

Route électrifiée

Les chercheurs sud-coréens veulent révolutionner le transport public en annonçant la fabrication des bus électriques OLEV qui se rechargent en marche grâce à une « route électrifiée ». La technologie mise au point par KAIST repose sur l’utilisation d’un système de charge par induction électrique appelé SMIFR (Shaped Magnetic Field in Resonance). Les bus électriques reçoivent l’énergie pour recharger leurs batteries de câbles électriques enterrés tout au long de son trajet à des points stratégiques. Ces câbles créent un champ magnétique capable de fournir l’équivalent de 20 kHz et 100 kW d’électricité, dont près de 85 % seront exploités par l’OLEV. Ce système supprime toutes connexions câblées à une source et les arrêts pour recharge et procure ainsi aux OLEV, une autonomie quasi illimitée. C’est sur ces points qu’ils se différencient des autres technologies existantes en Europe comme les bus TOSA et les bus équipés du système WATT.

Déjà opérationnels

Les bus électriques OLEV sont déjà utilisés pour le transport public dans la ville de Gami (Corée du Sud). Afin de démontrer son efficacité, cette municipalité a décidé de lancer deux OLEV pour couvrir un trajet de 24 km. Les tests ont démontré que le système répondait aux normes internationales en matière de champ électromagnétique. Il ne présente aucun danger pour la santé des utilisateurs et des habitants et une marge de sécurité a d’ailleurs été conservée par KAIST. Cette technologie innovante devrait ainsi rapidement s’exporter vers les grandes villes du reste du monde même si le prix reste pour l’instant un obstacle considérable. Quant à la ville de Gami, elle a exprimé sa satisfaction par rapport aux apports des OLEV et a d’ores et déjà annoncé une commande de 10 nouveaux bus d’ici 2015.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.