Des voitures électriques virtuelles testées en Allemagne

 

Une flotte de 130 voitures électriques virtuelles sera bientôt testée sur les routes de Berlin, en Allemagne, en vue de vérifier le comportement de la technologie en situations réelles. Il s’agira en réalité de véhicules conventionnels équipés de smartphones dotés d’une application spéciale capable de recréer les conditions d’utilisation d’une version 100 % électrique.

smartphones1

Dans le cadre d’un projet test destiné à étudier la viabilité des voitures électriques sur les routes berlinoises, les chercheurs de la Technical University or Munich (TUM) ont mis en place 130 modèles virtuels basés sur l’utilisation de smartphones. Ces gadgets ont été installés dans des taxis et des véhicules commerciaux pour surveiller en temps réel tous leurs mouvements et comportements. Grâce à cette installation, les chercheurs devraient pouvoir récolter et analyser des données similaires à celles que fournirait une véritable voiture électrique dans les conditions similaires. Baptisé « mobilité électrique virtuelle parmi les taxis et véhicules commerciaux à Munich » (VEM), ce projet est actuellement dans sa phase préparatoire avec la distribution des derniers « kits » aux participants. Il est prévu débuté officiellement à partir de 2014.

Un projet en plusieurs étapes

La phase d’exécution de ce projet, qui est la première simulation du genre, commencera par la collecte des données relatives aux comportements des conducteurs. Les smartphones enregistreront la localisation exacte du véhicule à travers un GPS ainsi que les actions de conduite à l’instar des accélérations, des freinages, des coups de volant, etc. Ces informations permettront à l’application de calculer la consommation d’énergie et d’afficher l’évolution du statut d’une batterie électrique virtuelle si le véhicule en question était 100 % électrique.  Les données fournies par les voitures virtuelles seront par la suite validées sur des modèles réels pour plus de fiabilité des résultats. L’ingénieur de TUM, Benedikt Jäger, croit que cette expérience devrait démontrer aux opérateurs que « l’électrification de leur flotte n’est pas seulement faisable, mais offre également des avantages économiques et environnementaux ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.