Kor Ecologic « Urbee » : la première voiture imprimée en 3D est hybride

Une société canadienne a développé une voiture hybride reposant sur des pièces obtenues grâce à une imprimante 3D. Utilisant l’électricité et le bioéthanol comme source d’énergie, ce véhicule écologique révolutionnaire dénommé Urbee pourrait être commercialisé dans le futur. Reste à vérifier sa praticité au quotidien et à espérer que son prix sera accessible.

urbee_fig1

 

Carrosserie en plastique imprimée et propulsion hybride

La petite compagnie canadienne Kor Ecologic a créé la première voiture imprimée en 3D au monde. Baptisée Urbee, elle est constituée essentiellement de l’assemblage de 40 pièces en plastique produites par une imprimante 3D fournie par la société Stratasys, un des leaders du secteur. Outre la carrosserie, d’autres éléments comme le tableau de bord et les feux de signalisations seront également fabriqués à travers le même procédé. Côté motorisation, l’Urbee surfe une nouvelle fois sur la vague de l’innovation puisqu’elle intègre un groupe motopropulseur hybride reposant sur deux moteurs électriques et un bloc thermique fonctionnant au bioéthanol. Avec un nom signifiant « Urban Electric and Ethanol », l’Urbee est une citadine deux places née de l’imagination de Jim Kor, un designer et développeur basé à Winnipeg. Le projet qui implique aujourd’hui une équipe formée par l’élite des ingénieurs et designers canadiens et internationaux a été dévoilé en 2010.  Après des essais sur route concluants datant d’octobre 2011, Kor Ecologic ambitionne de commercialiser le véhicule dans un futur proche.

Jim Kor au volant de sa création.

Jim Kor au volant de sa création.

Écologique et économique

L’équipe de Kor Ecologic et son partenaire Stratasys affichent une fierté inébranlable à l’égard de ce qu’il considère comme « le véhicule le plus écologique et le plus économe en carburant au monde ». En effet, son système hybride au bioéthanol permet à l’Urbee de se vanter d’une consommation théorique de 0,86 l/100 km avec une vitesse maximum de 110 km/h. Le processus de fabrication se veut également respectueux de l’environnement puisqu’il s’appuie sur la technologie de « la fabrication additive » consistant à utiliser des matériaux recyclés afin de réduire au maximum les gaspillages de matière première rencontrés dans les processus de fabrication standards. Grâce à l’impression 3D, ce processus de fabrication est de surcroit plus avantageux pour les constructeurs en termes de délai et de coût. Stratasys affirme à ce sujet qu’un exemplaire de véhicule imprimé serait achevé en 36 jours et pour environ 55 000 euros s’il faut pratiquement deux fois plus de temps et d’argent pour produire un modèle conventionnel.

L'Urbee au Salon de l'impression 3D de Londres, les 6-7 novembre 2013.

L’Urbee au Salon de l’impression 3D de Londres, les 6-7 novembre 2013.

Praticité à prouver

Malgré les performances prometteuses de l’Urbee, cette indication de prix fournie par Stratasys pourrait être décourageante pour le commun des consommateurs déjà frustré par le coût encore trop élevé des voitures électriques actuelles. Son design atypique destiné à optimiser l’aérodynamisme et ses trois roues censées améliorer la consommation de carburant sont également susceptibles de rebuter le client autant qu’ils pourraient l’envouter. Quoi qu’il en soit, l’Urbee doit encore faire ses preuves en termes de praticité au quotidien puisque ses deux places, son poids de chargement maximal de 225 kg passagers inclus, et sa vitesse limitée à 110 km/h, un peu juste pour les autoroutes, risquent de ne pas plaider en sa faveur si son tarif en reste là. Kor Ecologic et Stratasys croient en tout cas au potentiel de leur produit qu’ils ont d’ailleurs exposé lors du Salon de l’impression 3D de Londres puis de Paris la semaine dernière. Une deuxième génération, l’Urbee 2, est également en cours de développement et est prévue pour une présentation en 2015.

Ce diaporama nécessite JavaScript.


Crédits photos : Natalie Clince/ DR – Stratasys – www.Stratasys.com/fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.