Marché chinois : des standards d’émission plus stricts à l’étude

Le gouvernement chinois a annoncé la prise d’une nouvelle série de mesures destinées à promouvoir les voitures électriques et les voitures hybrides rechargeables, dont des standards d’émission similaires aux normes Euro 6 et Euro 5 en Europe. Un plan imposant aux constructeurs de vendre un certain volume de modèles électrifiés est également au programme au même titre qu’une limitation de la consommation moyenne des véhicules produits.

 

BYD Qin

 

Après les diverses mesures incitatives en faveur de l’achat des véhicules à énergie nouvelle, le gouvernement chinois s’apprête désormais à mettre en place de nouveaux standards destinés à réduire de 50% les émissions moyennes annuelles de gaz issues du secteur automobile. Baptisés National VI, ces standards se rapprochent de la norme Euro 6 actuellement en vigueur au sein de l’Union européenne et considérée comme étant l’une des plus strictes au monde. Le gouvernement chinois prévoit de boucler des détails du dossier d’ici à la fin de cette année. Les plus grandes villes du pays, dont la capitale Pékin, seront les premières à appliquer la nouvelle norme. Les municipalités moins densément peuplées et donc moins polluantes rejoindront les rangs à partir de 2018. Les communes à vocation agricole seront quant à elles soumises aux standards National V, l’équivalent chinois de la Norme Euro 5.

Parallèlement à l’instauration de ces nouveaux standards, le gouvernement chinois étudie également le programme californien pour les véhicules zéro émission. Ce plan contraint les constructeurs automobiles à vendre une certaine quantité de voitures électriques et de voitures hybrides rechargeables pendant une période donnée. Le cas échéant, un programme similaire pourrait être mis en œuvre au sein du plus grand marché automobile du monde d’ici 2020. Pour cette même année, les autorités devraient en outre porter la limitation de la consommation moyenne de carburant par véhicule à 5 litres/100 km. Il reste maintenant au gouvernement chinois à obtenir l’adhésion des constructeurs automobiles locaux et exportateurs qui devront investir beaucoup plus pour se conformer à ces nouveaux standards. « La moitié des constructeurs du pays, dont la plupart manquent de technologie avancée en matière environnementale, pourront fermer leurs portes », a notamment déclaré une porte-parole de l’association des fabricants automobiles chinois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.