Pile à combustible : Michelin entre dans le capital de Symbio FCell

Symbio FCell, une petite entreprise française œuvrant dans le domaine de la technologie de la pile à combustible à l’hydrogène, a reçu un appui de taille avec la participation du groupe Michelin à son capital social. Le géant de l’industrie des pneus aidera la start-up à se développer et à industrialiser ses produits, dont le prolongateur d’autonomie pour véhicule électrique.

NEW AND OLD MICHELIN LOGO

Le groupe Michelin a décidé d’acquérir un nombre significatif d’actions auprès de Symbio FCell, une start-up française spécialisée dans la technologie de la pile à combustible à l’hydrogène. Cette dernière a récemment procédé à une augmentation de capital pour financer le développement  de l’entreprise et l’industrialisation de ses produits. Symbio FCell s’est notamment distingué récemment par le développement d’un prolongateur d’autonomie à pile à combustible pour véhicules électriques. Ce système a été installé sur une Renault Kangoo Z.E, baptisée Hy-Kangoo, qui revendique une autonomie de 300 km avec zéro émission de CO2 et une recharge complète en 5 minutes (pour le prolongateur). A ce stade, la Hy-Kangoo a déjà séduit d’importantes compagnies, dont La Poste qui l’essaie depuis décembre 2013. Symbio FCell ambitionne de lancer sa commercialisation au grand public le plus tôt possible.

 

Le partenaire idéal pour Symbio FCell

 

Michelin, désormais actionnaire minoritaire de Symbio FCell, rejoint ainsi les investisseurs de longue date comme l’IPSA et CEA Investissement. Cette opération entre dans le cadre de son programme IPO (Incubator Program Office) qui est destiné à accélérer la mise sur le marché des innovations technologiques autres que son cœur d’activité. « Symbio FCell pourra acquérir les moyens pour fournir les produits que ses consommateurs attendent tout en se conformant aux standards élevés de l’industrie automobile », a ainsi déclaré Prashant Prabhu, directeur de l’IPO. Cet enthousiasme est partagé par Fabio Ferrari, président de la start-up, qui a admis ne pas pouvoir imaginer « un meilleur partenaire pour son projet industriel ». Michelin n’est d’ailleurs pas un nouveau venu dans le domaine de la pile à combustible à l’hydrogène puisqu’il mène des recherches sur cette technologie depuis 2003.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.