Station de charge électrique : bientôt une directive européenne fixant des objectifs pour 2020

Le Parlement européen est parvenu à un accord portant sur une proposition de directive exigeant des États membres l’installation d’un certain nombre de stations de charge électrique, d’hydrogène et de gaz naturel d’ici 2020. La France devrait figurer parmi les leaders de la mise en œuvre de cette nouvelle législation.

EV charging station

Le comité « transport et tourisme » du Parlement européen a finalisé un projet de directive visant à contraindre les États membres à mettre en place au moins 446 000 stations de charge électrique publique pour voitures électriques sur l’ensemble de l’espace européen d’ici 2020. Les infrastructures permettant de faire le plein en énergies alternatives comme l’hydrogène devront également faire l’objet d’un effort. Cette initiative a pour objectif la réduction de la dépendance de l’Union en énergie fossile et la diminution des émissions de CO2 issues du secteur transport de 60 % avant 2050. L’idée remonte au mois de janvier, mais il aurait fallu attendre ces onze mois pour voir les parlementaires tomber d’accord sur un texte officiel avec 30 voix contre 7. Le projet de directive sera soumis au Conseil avant une adoption définitive prévue pour le printemps 2014.

55 000 unités pour la France

La responsabilité de l’installation de ces 446 000 stations de charge électrique est répartie entre les États membres en fonction des prévisions de croissance du parc de voiture électrique de ces derniers. À ce titre, la France figure parmi les leaders avec pas moins de 55 000 infrastructures à mettre en place. L’Allemagne devrait atteindre les 86 000 unités, l’Italie 72 000 et la Grande-Bretagne 77 000. Concernant les stations d’hydrogène, les États membres qui n’en disposent pas encore ont jusqu’à la fin de l’année 2030 pour s’en doter en nombre suffisant. Elles ne devraient pas être espacées de plus de 300 km. Le projet souligne l’importance d’une implication du secteur privé qui devrait être le principal acteur de la mise en œuvre de cette directive avec l’appui des gouvernements à travers des mesures d’incitations fiscales et financières. L’Union Européenne pourrait également apporter sa contribution dans le cadre des programmes comme Horizon 20, le Fonds régional pour le développement ou le Mécanisme pour l’Interconnexion en Europe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.