Système micro-hybride : sur plus de la moitié des véhicules particuliers d’ici 2021

Pour Navigant Research, la technologie micro-hybride basée sur le système Stop-Start constitue l’avenir à court terme de l’industrie des véhicules légers à faible émission de CO2. Près de 55 % des ventes globales concerneront les modèles équipés d’ici 2022, principalement au niveau des marchés nord-américains, ouest-européens et asiatiques.

 

système microhybride-stop start

 

D’après la firme américaine Navigant Research plus de la moitié des voitures pour particuliers vendues dans le monde seront équipées de la technologie micro-hybride Stop-Start d’ici 2022. Dans son dernier rapport intitulé « Stop-Start Vehicles », ce spécialiste de l’étude du marché mondial des technologies propres, indique que ces types de véhicules seront au nombre de 55 millions, soit environ 54,3 % des ventes globales. Les systèmes micro-hybrides devraient ainsi constituer la solution à court terme adopter par les constructeurs pour répondre à la nécessité de réduire les émissions de CO2 issues du secteur des transports, bien avant de basculer largement vers l’électrique et l’hybride rechargeable. « La technologie micro-hybride permet aux grandes voitures d’être conçues pour rouler d’une manière plus rationnelle sans sacrifier le confort de conduite et aux petits modèles d’être configurés pour une opération limitée en tout électrique », a ainsi déclaré David Alexander, analyste senior chez Navigant Research.

Efficace et moins cher que l’électrification classique

Son utilisation sur la majorité des modèles commercialisés d’ici 2022 est justifiée par l’adoption de régulations plus strictes en matière d’émission de CO2 par les pays développés d’après Navigant Research. La firme américaine prévoit ainsi que ces millions de véhicules micro-hybrides seront concentrés en Europe de l’Ouest, en Amérique du Nord et dans la région Asie-Pacifique. Grâce à ce système Stop-Start, le moteur thermique est en effet coupé automatiquement quand le véhicule est à l’arrêt ou roule à une très faible vitesse et redémarre dès que le conducteur remet les pieds sur l’accélérateur. Son principal avantage réside dans le fait qu’il est beaucoup moins couteux à concevoir et à mettre en place que le moteur électrique classique d’un groupe motopropulseur hybride ou 100 % électrique alors que l’économie de carburant tourne autour de 15 à 20 %.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.