Toyota va réduire le coût de production de ses moteurs électriques

Des moteurs électriques moins chers grâce à une réduction de moitié de l’usage de métaux terreux rares et couteux pour la fabrication des aimants permanents. C’est ainsi que Toyota compte atteindre ses objectifs de vente de voitures électrifiés pour la prochaine décennie.

Un aimant néodyme commercialisé au grand public.

Moins de métaux rares

Toyota effectue un grand pas vers la diminution du prix des voitures hybrides et électriques. Le constructeur nippon vient en effet de développer « le premier aimant permanent à taux réduit de néodyme et résistant à la chaleur au monde ». Ce métal terreux rare est indispensable à la fabrication des aimants permanents, eux-mêmes nécessaires pour la production de moteurs électriques performants à multiple usage. D’autres métaux terreux peu couteux, le lanthane et le cérium, vont se substituer au néodyme.

Toyota est parvenu à développer une technique pour éliminer le principal inconvénient de cette association à savoir : une baisse de performance du moteur due à une coercivité réduite. Grâce à sa technique nouvelle, les aimants permanents Toyota contiendront 50% de néodyme en moins. Ils seront également totalement exempts de dysprosium et de terbium, d’autres métaux rares influant le coût de production.

La Toyota Mirai à pile à combustible à hydrogène.

Pas de commercialisation sur les voitures électriques avant 10 ans

Les consommateurs devront toutefois patienter avant de voir une application pratique de cette découverte dans le développement des groupes motopropulseurs électrifiés Toyota. Celui-ci s’accorde une période de 10 ans pour y parvenir. Dans un premier temps, les aimants permanents intégreront les moteurs électriques de direction assistée et d’autres dispositifs légers. En parallèle, la firme s’engage à continuer ses recherches sur d’autres composants destinés à accompagner l’avènement d’un usage massif des véhicules électriques.

À titre de rappel, Toyota ambitionne de proposer une version électrifiée de tous les modèles commercialisés d’ici 2025. 5 ans plus tard, il compte sur des ventes de voitures à hydrogène, hybrides et hybrides rechargeables à hauteur de 5,5 millions d’exemplaires. Des chiffres tout à fait réalistes si les prix diminuent effectivement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.