Un contrat stratégique pour dynamiser le marché français des voitures électriques

Le gouvernement et les membres de la plateforme de la filière automobile ont signé un contrat stratégique destiné à mettre en circulation un million de véhicules électrifiés d’ici 2022. Des objectifs ambitieux et engagements significatifs attendent chaque acteur.

Financement, formation, incitation et déploiement

Les constructeurs peuvent pousser un soupir de soulagement. En effet, alors que l’échéance 2020 (entrée en vigueur des nouvelles limitations de CO2 à 95 g/km) approche à grands pas, le gouvernement vient de s’engager à renforcer son appui à l’industrie. Cet engagement se matérialise par un contrat stratégique de la filière automobile signée cette semaine. Appui financier et technique, maintien des politiques d’incitation à l’achat, déploiement d’infrastructures de recharges figurent au menu.

Un fonds de 135 millions d’euros sera mis en place pour des activités de recherche & développement.  Les cellules de batterie électrique bénéficieront alors d’une attention particulière. 200 millions d’euros supplémentaires devraient profiter aux essais sur les voitures électriques autonomes. Enfin, le maintien des bonus écologiques et de la prime de conversion jusqu’en 2022 ainsi que la densification du réseau de recharge coûteront environ 300 millions d’euros. Le gouvernement va également étendre son programme d’apprentissage pour mettre des employés qualifiés à la disposition de l’industrie.

1 million de véhicules électrifiés à mettre en circulation

Regroupée sous la plateforme de la filière automobile (FPA), l’industrie devrait quant à elle produire et écouler plus de 800 000 voitures électriques et hybrides rechargeables. En incluant les exemplaires déjà en circulation, il s’agit tout simplement de parvenir à un parc d’un million de véhicules électrifiés d’ici 2022. L’objectif s’avère ambitieux, mais l’enjeu est de taille. « Le secteur automobile va rencontrer un bouleversement qu’il n’a jamais connu…L’enjeu, c’est la survie de l’automobile sur le territoire français », a indiqué Luc Chatel, président de la FPA. Les grands noms de l’industrie étaient ainsi représentés pour l’occasion. PSA, Renault, Valeo, Michelin, Faurecia, Plastic Omnium pour les industriels. Les ministres en charge de l’économie, du transport et de l’écologique pour le gouvernement.

Une réflexion au sujet de « Un contrat stratégique pour dynamiser le marché français des voitures électriques »

  1. Norbert

    A travers ce genre d’événements, on sent bien toute la pression institutionnelle pour forcer au renouvellement de parc … pas certain que ce soit la meilleure méthode

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.