Voiture autonome : 90 % des conducteurs prêts à l’adopter pour réduire leur prime d’assurance

Un sondage réalisé aux États-Unis a permis à la compagnie Car Insurance de conclure que 90 % des titulaires de permis de conduire seraient prêts à acheter une voiture autonome si cela leur permet de diminuer leur prime d’assurance de 80 %. Les personnes interrogées ont également affiché une préférence pour les modèles fabriqués par les constructeurs majeurs.

La Nissan Leaf Autonomous Drive qui devrait être commercialisée à partir de 2020

Les premiers véhicules autonomes ne devraient pas arriver sur nos routes avant 5 ans, mais il semblerait que les consommateurs les ont déjà adoptés. C’est en tout cas ce qui ressort d’un récent sondage effectué par la firme Car Insurance auprès de 2 000 conducteurs américains ayant un permis de conduire. Une diminution drastique du coût de l’assurance constitue toutefois la condition sine qua non de cette adoption. En effet, dans un premier temps, seulement 20 % des personnes interrogées ont déclaré vouloir acheter la voiture autonome si elle était disponible. Une fois la possibilité de bénéficier d’une prime d’assurance moins chère de 80 % mentionnée, ce taux passe à 90 %. Parmi ces 90 %, 34 % achèteraient probablement la technologie et les 56 % restants considèreraient sérieusement cette option.

Préférence pour les modèles développés par les constructeurs traditionnels

Cette baisse du coût des assurances est possible puisqu’avec la conduite automatique, les risques liés aux erreurs humaines sont supprimés. Or, ces dernières seraient à l’origine de près de 95 % des accidents d’après l’autorité américaine en charge de la sécurité routière. L’étude de Car Insurance montre également que le consommateur est plus enclin à faire confiance aux constructeurs automobiles « classiques » comme Honda, Toyota ou Ford pour la fabrication de la voiture autonome. Les compagnies comme Google et Tesla Motors, bien qu’étant des références incontestées dans leurs domaines respectifs et également engagées dans la course à l’autonomie, ne convainquent que 33 % du public sondé contre 54 % pour les manufacturiers traditionnels.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.