Voiture électrique : revirement chez Toyota

Toyota a finalement décidé de commercialiser une voiture électrique à batterie. Celle-ci est attendue en 2020. Avec une autonomie minimum de 300 km, elle devrait permettre au constructeur d’assurer une présence remarquée sur un segment de marché sur lequel la plupart des manufacturiers majeurs se sont déjà positionnés.

La Toyota Mirai à pile à combustible ne sera bientôt plus la seule voiture électrique Toyota.

La Toyota Mirai à pile à combustible ne sera bientôt plus la seule voiture électrique Toyota.

Commercialisation en 2020

Longtemps récalcitrant à l’idée d’une commercialisation massive des voitures électriques à batterie, Toyota a finalement décidé de se lancer. La production du premier modèle de grande série de la marque débutera d’ici 2020 d’après le magazine Nikkei. La voiture électrique Toyota en question proposera au moins 300 km d’autonomie en une seule charge. Elle pourrait exploiter les plateformes de la Toyota Prius ou de la Toyota Corolla, mais devrait prendre la forme d’un SUV. Une structure interne sera spécialement mise en place pour la planification et le développement du projet dès le début de l’année 2017 d’après la même source. Des partenariats avec d’autres compagnies plus expérimentées ne sont pas à exclure pour accélérer le processus.

Méfiance oubliée

A l’exception d’une timide tentative à travers la Toyota RAV 4 électrique produite avec Tesla Motors, le constructeur nippon a toujours privilégié la technologie hybride à celle de l’électrique à batterie. Il a même préféré miser en priorité sur la voiture à pile à combustible à l’hydrogène en lançant la Toyota Mirai. L’augmentation considérable de la capacité des batteries électriques, et donc de l’autonomie des modèles électriques, ainsi que la généralisation de l’adoption du mouvement par la concurrence ont cependant fini par avoir raison de cette méfiance. Les diverses mesures incitatives à l’achat prises par les gouvernements des principaux marchés automobiles n’y sont également pas étrangères. Quoi qu’il en soit, ce sont les consommateurs qui en ressortent gagnants. L’entrée du géant nippon sur ce segment de marché ne pourrait en effet qu’être bénéfique pour la concurrence. Le prix et la qualité des produits proposés s’en ressentiront.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.