Armée américaine : près de 100 000 voitures électriques d’ici 2020

Le Département de la défense des États-Unis d’Amérique pourrait faire l’acquisition de près de 100 000 voitures électriques et hybrides d’ici 2020. Cette opération est destinée à réduire les émissions de CO2 de l’armée et ne concernera pas les véhicules classés tactiques.

 

Le bâtiment du Département américain de la défense à Washington.

Le bâtiment du Département américain de la défense à Washington.

D’après les analyses effectuées par l’institut américain Navigant Research, le Département américain de la Défense devrait se doter d’une flotte de 92 000 voitures électriques et hybrides dans les cinq ou sept années à venir, soit avant 2020. Pour expliquer ses prédictions, la firme spécialisée dans les études du marché des technologies propres s’appuie sur la forte consommation d’énergie « non écologique » du département en question. D’après Navigant Research, l’armée américaine est en effet la plus grande entité consommatrice d’énergie fossile au monde en épuisant plus de ces ressources que 35 pays. Cette dépendance vis-à-vis du pétrole constitue une faiblesse pour cette dernière et tourner en « cauchemar », ce qui a contraint les responsables de la défense américaine à étudier de nombreuses solutions d’énergie alternative, dont l’électrique.

 Continuité

Cette électrification et cette hybridation de la flotte terrestre de l’armée américaine ne concerneront pas les véhicules dits tactiques, c’est-à-dire destinés aux combats. Ils seront tout de même déployés sur les fronts pour servir au transport des soldats et pour supporter les missions. Cette flotte devrait inclure des voitures pour passagers, des camionnettes, et des véhicules à usage spécialisé. Pour l’armée,  ce nouvel engagement constitue une suite logique des actions déjà entreprises depuis quelques années puisque celle-ci utilise déjà près de 4 300 véhicules électriques et hybrides. En outre, elle dispose d’un système de recharge à énergie solaire appelé « Smart-Charging Micro Grid System ». À travers son laboratoire « Tank Automotive Research, Development and Engineering Center » (TARDEC), elle coopère également avec General Motors pour le développement de la technologie de la pile à combustible hydrogène

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.