Les bornes de recharge de voiture électrique se déploient aux Etats-Unis

bornes-de-recharge

L’administration du président américain Barack Obama a impulsé via un communiqué publié il y a quelques jours un projet ambitieux : celui de considérablement augmenter réseau de bornes de recharges électriques aux Etats-Unis, afin d’encourager le développement de la voiture électrique. Un grand pas dans ce pays où les questions environnementales sont encore trop compromises par les nombreux climato-sceptiques et risquent de l’être encore avec la récente élection de Donald Trump

Un projet de maillage du réseau de bornes de recharge de grande envergure

Sous l’égide du gouvernement, une cinquantaine d’axes routiers représentant quelques 40 000 kilomètres de route vont être munis de bornes de recharge rapide – compter d’une borne tous les 80 kilomètres.

Les USA pourront ainsi être parcourus d’est en ouest sans émettre de pollution, si tant est que l’on investisse dans une voiture électrique ou que l’on en soit déjà pourvu.

Pour mettre à bien ce projet, le gouvernement s’est allié avec de nombreux acteurs publics et privés. Parmis eux, des géants tels que les constructeurs automobiles BMW et General Motors ou certaines multinationales aux plus grosses capitalisations boursières de 2016, à savoir : General Electric (8ème plus grosse entreprise mondiale) ainsi que Berkshire Hathaway Energy : branche de la quatrième multinationale mondiale.

Avoir réuni de tels acteurs pour développer ce réseau est un gage de solidité pour le projet.

Depuis 9 ans, les bornes de recharge aux USA auraient déjà été multipliées par 32 (500 en 2008 à 16 000 aujourd’hui). Le but de l’administration Obama est donc de continuer sur cette lignée dans un pays où la voiture à combustion domine encore trop largement.

Une initiative louable dans un pays très pollueur encore trop corrompu par les lobbys pétroliers

Ce projet détient plusieurs visées, telles que la prise d’indépendance vis-à-vis du pétrole, l’incitation à l’achat de voitures électriques, la réduction des émission de gaz à effet de serre à l’heure où les Etats-Unis sont le deuxième plus gros pollueur de la planète (le pays totalise 48 % des émissions de gaz à effet de serre mondiales avec la Chine).

L’initiative figure comme une bonne avancée, compte tenu de la difficulté de mettre en place des politiques environnementales aux USA aujourd’hui : le Congrès et le sénat sont en effet composés de nombreux climato-sceptiques républicains, souvent corrompus par les lobbys pétroliers (pour qui l’intérêt n’est pas du côté de la transition énergétique), qui peuvent bloquer les législations en faveur du climat. Le comité sur l’environnement au Sénat est en particulier dirigé par un climato-sceptique convaincu dénommé Jim Inhofe. D’après lui, “le réchauffement climatique est le plus gros canular fait aux américains”…

L’élection de Donald Trump, qui nie également l’évidence du changement climatique ne semble pas de bon augure pour poursuivre les politiques en faveur du climat mises en place par Obama… Affaire à suivre. Toujours est-il que la “machine” de développement du réseau de bornes de recharges aux Etats-Unis semble au moins, pour sa part, bel et bien lancée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.