Émission de CO2 : la nouvelle limitation européenne pour 2021

L’Union Européenne (UE) est parvenue à un compromis pour repousser la mise en œuvre totale de la nouvelle limitation des émissions de CO2 à 95 g/km en 2021. Cet accord met fin à plusieurs mois de lutte d’influences et devrait pousser les constructeurs à se focaliser davantage sur la technologie hybride et électrique.

Une vue interne du Parlement européen à Strasbourg.

Une vue interne du Parlement européen à Strasbourg.

La limitation de l’émission de CO2 des voitures neuves mises en circulation au sein des États membres de l’UE à 95 g/km sera finalement effective à 100 % en 2021. C’est ce qui ressort de l’accord informel auquel les négociateurs du Parlement européen et des États membres sont parvenus le mardi 26 novembre dernier. Pendant une année, en 2020, chacun d’entre eux peut bénéficier d’une « phase d’intégration progressive » pendant laquelle seuls 95 % des véhicules nouvellement immatriculés seront soumis à la nouvelle législation. L’accord prévoit également un système de crédit qui permettra aux constructeurs de disposer d’un droit d’émission supplémentaire sur certains de ses modèles en compensation d’une émission plus faible que la limitation de 95 kg/km sur les autres. Cette pondération est toutefois limitée à la période 2020-2022 et est plafonnée à un total de 7,5 g/km.

Un compromis qui satisfait toutes les parties

Ce compromis met fin à plusieurs mois de blocage causé par un important lobbying allemand visant à repousser l’application de la limitation à 95 kg/km à 2024 alors que les négociateurs s’étaient initialement mis d’accord sur une échéance fixée à 2020.  Cette initiative n’a pas porté ses fruits, mais l’adoption de la « phase d’intégration progressive » et du système de pondération des émissions sur deux ans constitue un compromis qui devrait arranger toutes les parties. Ce nouvel objectif de 2021 devrait surtout remotiver les manufacturiers à se tourner davantage vers la production des modèles 100 % électriques et hybrides puisque même les moteurs thermiques les plus écologiques peineront à se conformer à cette émission de 95 g de C02/km. L’accord sera étudié par le COPERER (comité des représentants permanents des États membres de l’UE) ce vendredi 29 novembre avant d’être soumis au vote du Parlement et à l’approbation du Conseil.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.