Réduction des émissions de CO2 en Europe : un mois de juin crucial pour les constructeurs

 Les constructeurs automobiles et les décideurs de l’Union européenne vont se rencontrer durant ce mois de juin pour entamer les discussions relatives aux nouveaux objectifs d’émission de CO2 en Europe d’ici 2030. L’ambition des instances continentales se heurtera aux appréhensions des constructeurs qui estiment ne plus être en mesure de fournir des efforts supplémentaires dans l’immédiat et qui craignent pour leur compétitivité en cas de forcing de l’Union.

 

union européenne

 

C’est durant ce mois de juin 2015 que se tiendront les consultations entre les représentants des constructeurs automobiles européens et les instances de l’Union européenne pour la fixation des objectifs de réduction des émissions de CO2 issues du secteur automobile pour 2030. L’enjeu est de taille puisque l’industrie automobile affirme avoir atteint la limite des réductions possibles après une baisse de 34% en 20 ans, tandis que la Commission européenne insiste sur des limitations encore plus drastiques d’ici 2030. À titre de rappel, l’Union européenne a déjà fixé une nouvelle limitation des émissions moyennes à 95 g de CO2/km d’ici 2021. En 2014, elle a également adopté une résolution qui fournit une indication des objectifs à atteindre pour 2025 (entre 68 g/km et 78 g/km). Ces chiffres figureront parmi les points à discuter lors des différentes consultations prévues pour ce mois de juin.

 

Investissements trop importants

 

Réunis à travers le lobby ACEA (association des constructeurs automobiles européens), les constructeurs mettent en avant un important déséquilibre entre les investissements requis et les résultats qui seront obtenus en termes de réduction des émissions compte tenu de l’état de la technologie et des innovations à mettre en œuvre. Sur le long terme, c’est la viabilité de l’industrie automobile européenne elle-même qui serait en jeu à moins que les gouvernements ne consentent à fournir d’importantes aides financières. De son côté, les dirigeants européens estiment qu’une baisse de 30% par rapport au niveau actuel est nécessaire d’ici 2030 dans les secteurs du transport, de l’habitat et de l’agriculture. Un premier rapport portant sur les secteurs prioritaires dans les efforts de réduction, les technologies à privilégier et sur les impacts des réductions sur la compétitivité des constructeurs sera présenté par Commission européenne le 18 juin prochain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.